« Tout ce que vous faîtes pour nous, sans nous, c’est en fait contre nous que vous agissez » – Gandhi & Mandela 

journée départementale_web

ALYNEA est soucieuse de porter la parole des sans-voix et de défendre leur implication dans la vie de la cité.

Depuis octobre 2015, Natacha GAILLARDO, ancienne chef de service du CHRS Carteret et actuellement responsable du dispositif Rue-Habitat, a participé, en lien avec 3 personnes hébergées et une travailleuse sociale du CHRS Carteret, à un groupe de réflexion, fédéré par le Département du Rhône, sur la question de la participation des usagers. Ce groupe a rassemblé diverses structures tels que la Mission régionale d’information sur l’exclusion, l’ACEPP Rhône, Agir pour Vivre (handicap), les Petits frères des pauvres, etc. En effet, et c’est bien en tant qu’acteurs que nous sommes invités à partager ensemble et faire des propositions d’évolution. La participation des usagers sera en effet au cœur de l’élaboration et de la conduite du schéma des solidarités du Département du Rhône.

Jeudi 10 décembre, à l’Hôtel du Département, a eu lieu une journée départementale pour présenter un état des lieux. Cela a été l’occasion d’une prise de paroles de Muteba NTAMBE, Jérôme RAFFARD DE BRIENNE, Mohamed GHARSALAH, hébergés au CHRS Carteret. Cela s’inscrit dans la continuité de leur participation aux Vœux des mal-logés 2013 organisés avec la Fondation Abbé Pierre et Comme à la maison, soirée festive organisée par les hébergés du CHRS Carteret en 2014 réunissant tous les partenaires, financeurs et amis du foyer.

 

Prise de parole de M. Mohamed GHARSALAH 

Je prends la parole en tant que personne concernée par le mal logement.
Ma lutte citoyenne est de dire et souhaiter que chaque personne puisse être considérée comme « normale ».
Il est nécessaire de tenter de vivre ensemble et d’avoir les mêmes opportunités : pouvoir porter les mêmes bottes et la même chemise que son voisin d’en face !
Les valeurs que je défends se nomment : égalité et fraternité.
Il est aussi important pour moi, de dire qui je suis, d’où je viens… Je souhaite être vu, sortir de l’invisible, être avec vous.
Mon parcours de vie atypique, fait de moi un expert d’expériences. L’errance, l’hébergement, le mal logement… Je peux vous en parler et pourquoi ne pas vous apporter mon éclairage même.
Ne dit-on que « plusieurs têtes valent mieux qu’une » ?! C’est pourquoi, nous nous autorisons à penser que nos témoignages peuvent participer à réaménager certains modèles de solidarités.

Prise de parole de M. Muteba NTAMBWE 
J’ai besoin de rebondir.
J’ai besoin de sortir de cette situation de personne dite hébergée. Mes difficultés sont aujourd’hui administratives.
Après avoir connu l’errance et une grande souffrance mentale, me voici depuis 3 ans sur le chemin du rétablissement.
Je suis engagé et concerné par le mal logement et participe à chaque instance qui m’est proposée. Dans nos différents échanges, je prends beaucoup de chose dans ma tête et témoigne de ma réalité.
J’ai demandé aujourd’hui à Natacha, de porter ma voix et mes mots. Je pourrais parler devant vous, mais j’ai peur.
Peur de dire une bêtise et d’être moqué. Je ne suis pas encore prêt pour un tel exercice, mais il est important que vous sachiez que chacune de mes participations citoyennes est bénéfique pour moi. Etre avec vous signifie beaucoup et vous en remercie !

 

Prise de parole de M. Jérôme RAFFARD DE BRIENNE 

Un certain Jules César a franchi le Rubicon nous avons franchi le pas – no comment !!!
Adoma, que serais-je sans toit, avec Aralis ça glisse
Référentes, référents, Je vous ai compris.
Toit, toit, mon toit !!!
La différence entre un escargot et nous : aucune, nous avons tous les deux notre maison sur notre dos.
Cher G8, nous ne sommes rien pour vous, mais nous ne sommes pas des fantômes.
Attraper le bonheur de peur qu’il ne se sauve.
Quand quelqu’un vous dit : je me tue à vous le dire, vous le laissez mourir…
Donnez-moi une chance, rassurez-vous j’en prendrai soin.
S’il vous plait, je vous sollicite avec pudeur et gentillesse, une minute de bonheur par jour, un sourire suffira.
Nous sommes des pions sur le grand échiquier de la vie, mais nous ne sommes pas voués à l’échec.
Il arrive d’avoir la tête baissée, mais gardons les yeux ouverts.
Aralis, Adoma …    branle bas de combat !!!