Du 17 au 19 novembre 2016, deux éducatrices spécialisées du Samu Social 69 ainsi que la chef de service se sont rendues à Bruxelles visiter différentes équipes mobiles de rue : Samu Social, Infirmiers de rue et Diogène. Elles y ont découvert un territoire où le Samu Social reste marqué par une logique « urgentiste » (intervention 24h/24) tandis que d’autres associations prennent place dans le secteur en proposant un travail de rue dans la perspective du « logement d’abord ». Pour ces dernières associations ainsi que pour l’Etat, dans une capitale belge comptant 3000 SDF, l’enjeu est moins la question de la priorisation du plus « vulnérable » pour accéder aux places d’hébergement que de construire des accès à l’habitat « sur mesure » pour tous et ainsi « mettre fin au sans abrisme »… Charge à nous, sans doute, de changer de paradigme.
Une synthèse sera bientôt en ligne sur notre site internet.
bruxelles2_webbruxelles1_web