Loading...

Poèmes écrits par une personne hébergée et accompagnée à ALYNEA

Poèmes écrits par un Monsieur accompagné depuis 1 an par l’équipe du service Entr’Aids Appartements de coordination thérapeutique d’ALYNEA

image plume

ALCOOL LIKE

Le réveil est souvent difficile

Bouche pâteuse, les yeux encore endormis

Avec la promesse que c’est terminé

De boire ce poison qui va me tuer

T’es Alcool Like

Tu check ton téléphone

Voir si un peu on pense à toi

Pas de chance, tu es un fantôme

Sans foi ni loi

Et quand commence la journée

Tu t’interroges, rouge ou rosé au déjeuner ?

Après le premier verre dégusté

Tu le sais…que tu vas la vider

La solitude s’installe

Vois-tu arriver la dépression ?

Un verre de plus à la place

Et hop, tu te poses plus de questions

T’es Alcool Like

On dit de toi que tu es faible

Sans même apercevoir ta détresse

Mais il est temps que je m’aime

Pour mettre fin à cette misère

Donner du sens à sa vie

Pour avoir moins de regrets à sa mort

Comme faire l’amour, tu jouis

Et tu en redemandes encore et encore

Le plus dur reste à venir

A savoir se reconstruire

Penser à son avenir

Une vie meilleure pleine de bons souvenirs

Mais n’oublie JAMAIS que tu seras TOUJOURS un ALCOOLIQUE

 

 

L’inspiration me vient quand je suis soul

Comme ça !!! Tout d’un coup

Mon âme se réveille

Ma soûlographie se met en veille

 

Les mots raisonnent et me respirent

Deviennent du plaisir et m’envahissent

Envie de raconter ce qu’il m’arrive

Exorcisé cette emprise

 

Ils se transforment en notes de musique

S’entrechoquent, s’entremêlent pour m’adoucir

Pour devenir une mélodie

Je sens la vie qui me transpire

 

Qui me met en garde du danger

Tente de me convaincre à l’aimer

Tout en mettant le doigt pointé

Sur mes craintes et à apprendre à espérer

 

L’envie de continuer le chemin

Trouver de l’aide, un coup de main

Une nouvelle histoire d’amour

Surprendre mon destin

 

Etre optimiste

Une fin de vie non utopiste

Vieillir comme tout quidam

Sans que l’on me condamne

 

Des actes négatifs

Qui m’ont écorché à vif

Ouvrir les bras et le cœur

Pour une fin de vie meilleure.

 

 

 

Les mots deviennent souvent des maux

Ils te tournent le dos

Rebondissent au plus profond de toi

Te blessent et transpercent ta foi.

 

 

J’ai déçu ma famille… mes amis

J’ai conscience que j’ai failli

Que j’ai trahi

Mais le pardon ne m’est pas interdit

 

La maladie était là

J’en étais lasse

Besoin d’une thérapie

En ai-je vraiment envie ?

Se mettre à nu

Ouvrir le livre

Tomber des nues

Et ressouffrir

Comment faire le poids face à l’ivresse

Attendre en souffrant la vieillesse

Ou mettre fin à sa détresse

Stopper tout afin que cela cesse

 

Mais la peur de mourir

Sans être repenti

Un cœur à rouvrir

Pour être accueilli

 

Recouvrir un peu de dignité

Redoré sa santé

Vivre encore quelques années

J’ai de l’amour à partager

 

2018-07-25T10:21:05+00:0029 juin 2018|