Dessin réalisé par Tommy, invité aux Assises Nationales du Logement d'abord
Dessin réalisé par Tommy, invité aux Assises Nationales du Logement d’abord.

A la demande de notre financeur la Direction Départementale de la Cohésion Sociale (DDCS), le CHRS Régis a reçu Monsieur SIMATIS, Inspecteur de l’Action Sanitaire et Sociale, et Madame HERMANN, Conseillère Technique de Service Social. Un échange qui s’est voulu transparent et constructif avec l’équipe sur l’activité du CHRS, son fonctionnement et l’accompagnement social réalisé, notamment sur les thématiques de l’insertion professionnelle, la santé, les difficultés administratives et l’accès au logement.

Les représentants de l’Etat sont revenus sur les restrictions budgétaires actuelles ainsi que leur impact sur l’activité et la nécessité pour les services régionaux de l’Etat de repérer de possibles économies.

L’équipe du CHRS Régis a pu mettre en valeur les avancées effectuées dans les modalités d’accompagnement ainsi que la mise en œuvre de l’approche pluridisciplinaire. Sans tabou, elle a égalent partagé ses difficultés et points bloquants rencontrés au quotidien : grande vulnérabilité ou déficit d’autonomie, sortie de la rue et adaptation progressive au logement ; maîtrise de la langue ; situation administratives bloquées, etc. Autant de points de blocages qui justifient des prises en charges parfois longues.

L’occasion de rappeler que si l’objectif est de maintenir un travail de qualité auprès des plus vulnérables, il n’était pas envisageable de réduire l’équipe du CHRS Régis. Les pistes de travail en terme d’économie s’orientent donc vers la question des loyers et de leur charge sur le budget de l’établissement.

La logique de bail glissant, permettant à la famille de s’inscrire dès son entrée sur le territoire, réduisant ainsi les durées de séjour et évitant de dédoubler le travail de relais à la sortie du CHRS, est également en travail. C’est un élément qui n’est pas directement valorisable en terme financier, mais qui présente une importante plus-value en termes de fluidité, et de bien être des personnes accueillies.

Si cette rencontre a favorisé la compréhension des contraintes de chaque partie et permis de mettre en valeur la dynamique du service rappelant au financeur ses besoins, ses évolutions et ses contraintes, elle n’a pas levé les craintes sur les baisses de ressources attribuées au CHRS.