Pascal ISOARD-THOMAS
44 ans, marié,
3 enfants. Né à Marseille,
j’ai étudié à Lyon et
m’y suis installé en 2012.

Quel est votre parcours professionnel ?
J’ai un parcours varié, principalement dans le secteur de la solidarité, d’abord en ONG au Burkina Faso, puis en France. Lors de mon embauche à ALYNEA, ancré sur notre territoire, je venais de terminer une expérience de Conseiller aux Affaires Sociales, Santé, Innovation sociale auprès du Président de la Métropole de Lyon. Dans ce cadre j’ai développé de nombreux liens partenariaux et facilité l’inscription de la collectivité dans des projets et plans directement liés aux champs d’activités d’ALYNEA, notamment les stratégies du Plan pauvreté, du Logement d’abord, du Zéro remise à la rue, du suivi des mineurs non accompagnés, etc. Avant cela, j’ai assuré la direction générale d’Habitat Alternatif Social (Marseille) et la direction régionale des Petits Frères des Pauvres (Auvergne Rhône- Alpes) et d’Unis Cité Méditerranée (PACA).

Quels sont vos domaines de compétences et de prédilection ?
Mon parcours m’a permis de développer entre autres 3 domaines de compétences que je mobiliserai aux côtés des équipes d’ALYNEA :
– Le plaidoyer et l’animation partenariale
– Le développement et la conduite de projets innovants
– L’animation salariale en m’appuyant sur des pratiques participatives et collaboratives.

Quel est le 1er message porté à vos équipes ?
La force de nos structures repose essentiellement, selon moi, sur un réel partage de l’objet associatif par tous les acteurs et toutes les actrices salarié·e·s, bénévoles et personnes hébergées. Elle repose également sur la complémentarité des expertises que chacun de nous développe dans son engagement. Pour résumer, je suis toujours vigilant pour affirmer et garantir que nous allions dans le même sens et que nous y allions ensemble. Cela constitue la base d’une réussite associative.

Votre 1er message porté à nos financeurs et partenaires ?
ALYNEA est reconnue pour son expertise dans plusieurs métiers : l’urgence sociale, l’hébergement à haut seuil de tolérance, la santé mentale, l’insertion professionnelle. Mais il s’agit de sortir d’une logique d’intervention en silo et de décloisonner nos services. Je m’inscris fortement dans la logique d’accompagnement global et adapté aux besoins individuels des personnes que porte déjà l’association. Et je suis convaincu, que c’est par la synergie de nos savoir-faire et par une coordination d’acteurs de champs multiples, qu’une réponse respectueuse aux projets des personnes sera garantie. C’est en cela que nous serons une ressource précieuse pour nos partenaires.

Votre message en direction des personnes accompagnées ?
Nous allons être vigilants à mieux faire entendre leur voix sans quoi il est difficile d’agir collectivement au plus près de leurs préoccupations.

Par exemple, derrière le refus d’une demande d’hébergement, il y a énormément de raisons. C’est aussi notre mission de les expliquer car les interprétations peuvent être nombreuses et brouiller les pistes de travail. Notre attention portera aussi sur le fait de ne pas seulement parler de leurs difficultés, mais aussi montrer leurs talents et leurs savoir-faire et leur ouvrir davantage les portes de notre vie associative. Nous devons contribuer à faire changer le regard et faire tomber les a priori sur la pauvreté et l’exclusion.

Un dernier mot ?
Je termine en disant toute ma joie d’avoir rejoint ALYNEA. Mon parcours m’a souvent permis de croiser professionnels et bénévoles de l’association. Et j’ai pu constater une force d’innovation et d’adaptation permanente, sans jamais renier ses valeurs et principes, notamment le refus de tout retour à la rue pour les personnes accueillies. C’est donc une grande fierté pour moi de rejoindre l’aventure !